Les yeux embués (2016)

Les yeux embués

(éditions Galleg)

Couverture goulm yeuxembues 2 liseret

1ère partie : L'Enfer me ment (extrait)

 

Ô l’Encielé !

Où suis-je ?

Est-ce la frontière ?

 

J’aperçois une lumière découpée

Imbriquée dans la pâleur d'une lucarne

Bête enragée qu’une chaîne entrave

Bête encagée

 

L'Encielé

Dis-moi

La nature de cet inédit

Ni la musique aux notes suaves

Ni ta voix rassurante

Pas même la plainte des rescapés

Pas même le gémissement des veuves

Je n’entends que le cliquetis obsédant des clefs dans les serrures éraillées

Et les pleurs des goélands à l’attente des poubelles

 

Ô l’Encielé !

Le sort infâme d’être soi son cachot

D’être son juge sans assassin

Te prier sans relâche pour mériter un non-lieu

 

Faut-il se laisser corrompre jusque la faute ?

Se laisser acheter par l'ignoble lâcheté ?

S’acquitter d'un tel prix pour espérer l'acquittement ?

 

Ô l'Encielé

Pareil silence

À raison rompre

Est inhumain

 

Ô l'Encielé

Je tends mes mains

Vers la dévotion

Des demains de parole

Galleg goulm toulemonde lisdos w

 

2ème partie : Krasnoï (extrait)

 

Chambre 4224

 

Une fatigue profonde

Immense, lourde

Va vers le long sommeil

 

Une fatigue colossale

 

Un souffle aspire à dormir

S’endormir sur un dernier souffle

 

Un souffle et son corps

Au séisme du schisme

 

Chambre 4224

La mort furète

 

4224

Nombre palindrome gravé sur ma mémoire

Nombre qui revient sur lui

Comme la vie sur ses pas

Ombre sa silhouette

L'assassin sur les lieux du crime

Une spirale

Un retour au bercail

Nombre pair

Ultime chambre du père

Le trépas au repos éternel

 

Chambre 4224

Lieu d’un drame épouvantablement ordinaire

Ordinairement épouvantable

Quotidien

Vulgairement banal

 

L’on se dit : « Garde ton sang froid ! »

Mais c'est son père dont le sang va au froid

Et c'est l'effroi

Skm c284e16062709520 page 2

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×